Archives de catégorie : Thématiques

Les philosophes attestés en Asie Mineure

L’école stoïcienne et l’école épicurienne

Le projet Hairesis a recensé 77 philosophes attestés en Asie Mineure. Si pour 49 d’entre eux, l’école philosophique à laquelle ils appartenaient n’est pas connue, il est tout de même possible de remarquer que l’école stoïcienne, l’école épicurienne et l’école platonicienne sont les trois écoles philosophiques les plus populaires en Asie Mineure. En effet, huit philosophes stoïciens sont connus par les sources épigraphiques : il s’agit d’Aelius Ailianos de Milet, Ti. Claudius Balbillus d’Alexandrie, Diaphanès de Temnos, Aurelius Démétrios de Nicomédie, Méléagre de Séleucie, enfin Avianius Apollonios, P. Avianius Valerius et T. Avianius Bassos Polyainos, tous les trois d’Hadrianoi. Ces philosophes ont majoritairement vécu entre le Ier et le IIIe s. après J.-C., exception faite de Diaphanès de Temnos, philosophe du IIIe s. av. J.-C. La deuxième école philosophique la plus attestée en Asie Mineure – à égalité avec l’école platonicienne – est l’école épicurienne, dont six représentants sont connus : Quinctilius Maximus d’Alexandrie de Troade, Lépidus d’Amastris, Philidas de Milet, Apollophanès de Pergame, Diogène d’Oinoanda et Héraclite de Rhodiapolis. Ces philosophes sont majoritairement attestés entre le Ier av. J.-C. et le IIe s. après J.-C. Nous connaissons, enfin, six représentants de l’école platonicienne : Sex. Iulius Capito, Hestiaios de Milet, Iollas de Sardes, Ofellius Laetus, C. Calpurnius Collega Macedo, Théon de Smyrne. Ces philosophes ont vécu entre le IIIe s. av. J.-C. (Hestaios) et le IVe s. apr. J.-C. (Macedo). La seule école philosophique dont aucun représentant n’est connu par les sources épigraphiques d’Asie Mineure est l’école socratique, mis à part Anaxagore de Clazomènes, qui est plutôt perçu comme un « physicien » présocratique (Richard Goulet, s.v. Anaxagore de Clazomènes (A 158), dans Dictionnaire des philosophes antiques, I, 1989, p. 183-187).

Pergame, Éphèse et la Lydie

            Concernant la distribution spatiale des philosophes attestés en Asie Mineure, deux cités majeures ressortent : il s’agit d’Éphèse et de Pergame. En effet, sept philosophes sont attestés à Éphèse : Appius Alexander, Ti. Claudius Balbillus d’Alexandrie, Coelius Marcellinus, Ofellius Laetus, Secundinus de Tralles, Cn. Claudius Severus et Potamon d’Alexandrie. Ces philosophes sont majoritairement attestés aux Ier et IIe s après J.-C. Parmi eux se trouvent Potamon, philosophe éclectique (ἐκλεκτικὴ αἵρεσις), mais aussi un professeur de philosophie, Secundinus de Tralles, et un de ses disciples, Coelius Marcellinus. Huit autres philosophes sont attestés à Pergame : Claudius Aisimos, Apollophanès, Ti. Claudius Aristoclès, A. Claudius Charax, un certain Cor—, tous de Pergame, Flavius (?) Hérodotos de Smyrne, T. Claudius Paulinus d’Antioche de Pisidie et Sextus Iulius (?) Capito. La plupart de ces philosophes peuvent être datés entre le IIe et le IVe s. après J.-C. On y trouve un philosophe célèbre, Aristoclès de Pergame, dont certains de ses disciples sont connus, par exemple Aelius Aristide, Athénodore d’Ainos, Évodien de Smyrne, Rufus de Périnthe et Héraclide de Lycie. Si Aristoclès a enseigné la philosophie à Aelius Arisitide, Sextus Iulius Capito, philosophe platonicien, est un ami de ce dernier (Bernadette Puech, s.v. Capito (Sextus Iulius ? –) (C 39), dans Dictionnaire des philosophes antiques, II, 1994, p. 223-224). Une autre zone géographique regroupant plusieurs mentions de philosophes en Asie Mineure est la Lydie, où nous trouvons quatre représentants de cette discipline : Pythagoras de Philadelphie, Fronton d’Alexandrie, Iollas de Sardes et Marcus Politus de Téménothyres. Ces philosophes sont majoritairement attestés entre le Ier s. avant et le IIe s. après J.-C.

En conclusion, les philosophes attestés en Asie Mineure sont bien représentés dans les deux centres de la Seconde Sophistiques qui étaient Éphèse et Pergame, à l’époque où ces deux villes dominaient culturellement le monde grec. Bien que l’affiliation philosophique d’une grande partie des philosophes attestés en Asie Mineure ne soit pas connue, parmi ceux qui affichent leur adhésion à une doctrine les stoïciens, les épicuriens et les platoniciens sont davantage représentés.

 

Carte des philosophes attestés dans les sources épigraphiques

Nous remercions bien sûr Mme Julie Giovacchini, ingénieure de recherches au CNRS, rattachée au Centre Jean Pépin (UMR 8230) et membre fondateur du projet IPhiS (Information philologique – savoirs antiques ; https://iphi.hypotheses.org/1054 ) pour son aide pour la réalisation de la carte uMap. Nous remercions aussi son équipe, l’équipe d’information scientifique de l’UMR 8230 du CNRS (Centre Jean Pépin) ( https://labexhastec-psl.ephe.fr/pc-7-operations-subventionnees-en-2019/ ; https://ciris.huma-num.fr/cartographie.php ).

Voici les premiers résultats cartographiques du projet. L’objectif est notamment de montrer les différents lieux d’attestation des philosophiques connus par les sources épigraphiques. En effet, les philosophes ne sont pas seulement attestés en Grèce, en Asie Mineure et à Rome, mais aussi dans le Proche Orient, en Égypte et en Afrique du Nord. Le but est aussi de visualiser la concentration des philosophes attestés dans les sources épigraphiques.

Sur la carte ci-dessous, les données concernant les philosophes attestés dans les sources épigraphiques se trouvent dans différents calques en fonction de leur école philosophique. Les données indiquées sont : l’identifiant du philosophe (ID_Hairesis), son nom, l’identifiant du Dictionnaire des philosophes antiques (ID_DPhA), les sources, la région ainsi que la ville où le philosophe est attesté, le lien vers l’inscription, le type d’inscription, la bibliographie, les données biographiques et bien sûr les informations concernant l’affiliation du philosophe à une école philosophique.

Voir en plein écran

Afin de permettre une visualisation des données de manière synchronique, nous travaillons actuellement à un projet de site interrogeant une base de données. Cet outil permettra de restreindre les recherches en fonction de la date d’attestation du philosophe.

Cette visualisation laisse voir les disparités entre les différentes écoles philosophes : on remarque ainsi l’abondance de philosophes platoniciens, mais aussi le grand nombre de philosophes attestés en Égypte. On peut constater également que, en raison de la nature parcellaire et incomplète des données biographiques concernant certains philosophes, l’école philosophique de la majorité des philosophes n’est pas connue.

Pourquoi autant de philosophes dans les sources épigraphiques d’Égypte ?

Les sources épigraphiques d’Égypte se sont avérées contenir les attestations de nombreux philosophes. En effet, 18 philosophes sont connus grâce aux sources épigraphiques d’Égypte. Comment expliquer ce chiffre ?

Les inscriptions d’Égypte mentionnant des philosophes proviennent majoritairement de Thèbes (vallée des rois). En effet, 16 des 18 inscriptions d’Égypte mentionnant des philosophes proviennent de la vallée des rois. Ces inscriptions sont des graffitis, même si celui concernant Nicagoras fait cinq lignes. Les trois autres inscriptions ont été trouvées à Alexandrie, Antinooupolis et à Ptolémaïs.

Ces inscriptions datent pour huit d’entre elles du IVe siècle de manière certaine, deux autres inscriptions dateraient peut-être aussi de ce siècle. En effet, selon B. Puech, « c’est surtout au IVe siècle que le pèlerinage de Thèbes semble avoir été de tradition dans les milieux platoniciens (voir B. Puech, s. v. Besas de Panopolis (B 29), Dictionnaire des philosophes antiques, 1989, vol. III, p. 759). Selon B. Puech, dans l’inscription 1266 de Baillet, διὰ Πλάτωνος signifie que Besas précise qu’il a visité le monument « à cause de Platon ». Toutefois, Besas était un philosophe cynique. Il n’a pas fait ce voyage seul, étant accompagné notamment d’un certain Bèsarion, philosophe dont l’école philosophique n’est pas connue, mais aussi de Bourikhios d’Ascalon, qui précise aussi être venu διὰ Πλάτωνα ἐθαύμασα (Baillet J., n°1279). Bourikhios d’Ascalon est considéré par Baillet et par B. Puech comme étant un philosophe platonicien. Si pour Besas et Bourikhios d’Ascalon, la raison de leur venue est explicite, plusieurs philosophes, quant à eux rattachés au platonisme, sont attestés à Thèbes, dans la vallée des rois : Dionysodoros (Flavius Maecius Severus), philosophe médio-platonicien ; Hippias (de Ptolémaïs), platonicien ; Lysimaque, platonicien, Monimos, platonicien, et Νicagoras (Ιunius –) d’Athènes, platonicien. Par ailleurs, ce dernier aurait fait le voyage à Thèbes avec Besas (Dictionnaire des philosophes antiques, 2005, vol. IV, p. 662-663). Étant donné le contexte, il est possible de suggérer que le philosophe Lampon, attesté à Thèbes (Baillet, n°1548) soit un philosophe platonicien même si cela n’est pas précisé.

Bibliographie

Baillet, J. 1923, Inscriptions grecques et latines des tombeaux des rois ou Syringes, Le Caire.

Goulet, R. (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, I, Paris : Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1989.

Goulet, R. (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, IV, Paris : Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 2005.